Le 8 mars prochain sera le 40 ème anniversaire de la journée internationale des femmes instaurée par les Nations Unies en 1977. Si l’évolution de l’égalité entre les hommes et les femmes progresse positivement, il n’en demeure pas moins que le droit des femmes n’est pas encore si respecté.
En politique, la loi sur la parité a permis d’améliorer la situation mais sur 345 communes Brétiliennes, seules 15,34 % des maires sont des femmes.
Dans les entreprises, les femmes sont peu nombreuses aux postes de décision. Pourtant, à l’école les filles réussissent mieux que les garçons… et elles sont beau-
coup moins nombreuses dans les grandes écoles. Professionnellement, elles sont souvent touchées par le travail partiel non choisi, leur rémunération est  inférieure à celle des hommes, quand elles ne sont pas discriminées lors de l’embauche, par exemple avec une maternité. Elles sont encore trop souvent victimes de harcèlement sexuel, au travail dans la rue ou dans les transports en commun. Souvent on parle des femmes comme d’une minorité, pourtant, les Françaises sont plus nombreuses que les Français.
En France, les droits des femmes sont relativement respectés mais dans certains pays, elles n’ont pas le droit d’expression, de disposer de leur corps, de  travailler. Et pourtant, partout dans le monde, les femmes sont souvent force de proposition. Le thème de l’année 2017 est : « Les femmes dans un monde du
travail en évolution : une planète 50 – 50 d’ici à 2030 ». Formons le vœu que l’évolution soit la plus rapide possible et que le 1er article de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme : tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits, soit respecté pour tous et plus particulièrement pour les femmes.
Posted in: Non classé.
Last Modified: août 26, 2017

Leave a reply

required