La nationalité, la langue, la couleur de peau, la religion, le genre, l’orientation sexuelle sont constitutifs d’une partie de l’identité de chacune et de chacun d’entre nous. Force est de constater que ces signes ont été au centre de la campagne électorale américaine, plus encore que le rejet de l’ordre établi soit disant représenté par M. Trump. C’est en rassemblant ceux qui lui ressemblent, tout en isolant et en insultant celles et ceux qui sont différents qu’il a été élu, sous le regard effaré de nombre d’entre nous qui pensaient que la haine de l’autre ne pourrait plus servir de programme politique.

En France, nous ne sommes pas à l’abri de voir arriver au pouvoir des personnes dont le programme sera bâti sur le rejet de celles et ceux dont l’origine, la couleur de peau ou la religion sont différentes.

Nous ne pouvons pas en rester au stade des incantations et il est important de résister, en mettant en avant que l’identité de chaque individu est bien plus complexe et bien plus riche. Les passions qui rassemblent autour d’une activité, d’un spectacle, d’un livre,… peuvent permettre de découvrir l’autre sous des aspects différents et de le reconnaitre dans une identité qui va au-delà des apparences.

La vie associative, dans sa diversité et dans sa capacité à rassembler des personnes apparemment différentes permet de résister au repli sur soi identitaire. L’école et les autres lieux éducatifs jouent ce même rôle. Notre devoir est de les
soutenir.

Il est indispensable d’avoir des propositions politiques alternatives qui prennent sérieusement en compte que la liberté, l’égalité et la fraternité ne sont pas que des mots que l’on ressort avant chaque élection, que l’on cache ensuite sous le tapis du confort de quelques-uns en oubliant de les faire vivre pour le plus grand
nombre. Voter est un autre moyen de résister, il est possible de s’inscrire sur la liste électorale jusqu’au 31 décembre.

Posted in: Non classé.
Last Modified: août 26, 2017

Leave a reply

required